Le célèbre Libellule, restaurant flottant du lac d’Annecy, reprend enfin son envol marin après une période de plus d’un an consacrée à d’importants travaux. Depuis le vendredi 29 mars, ce navire touristique tant aimé a retrouvé son élément, affichant une métamorphose notable : quatre puissants moteurs électriques ont désormais pris le relais des anciens moteurs thermiques.

« C’est tout simplement formidable, bienvenue à bord ! » déclare avec un sourire chaleureux un membre de l’équipage du Libellule ce lundi 1er avril, accueillant une foule de passagers enthousiastes pour cette réouverture tant attendue. Après d’incessants travaux s’étendant sur une période d’un an et demi, le célèbre bateau du lac d’Annecy a levé le voile sur sa nouvelle allure le 29 mars dernier.

« La différence est frappante : plus de clarté, une atmosphère plus aérée, un décor somptueux. Nous sommes impatients de découvrir la suite », s’exprime une cliente, habituée de l’ancienne version du Libellule, avant d’ajouter judicieusement : « Réduire la pollution, surtout dans le contexte actuel, est indéniablement une amélioration. »

Cette transformation n’est pas simplement esthétique ; elle est également écologique. En effet, le bateau a été repensé dans une optique de durabilité, abandonnant ainsi les émissions sonores et polluantes. « Auparavant, nous avions un moteur thermique Volvo imposant. Aujourd’hui, nous avons opté pour deux moteurs électriques de 120 kilowatts chacun. Cela équivaut à une puissance totale de 240 kilowatts de chaque côté du bateau, ce qui élimine les émissions tout en améliorant considérablement les performances par rapport aux moteurs thermiques », explique Lionel Aubert, responsable de la maintenance au sein de la Compagnie des Bateaux du lac d’Annecy.

Cette cure de jouvence intervient alors que le bateau célèbre ses 40 ans cette année. De la salle de restauration à la timonerie, chaque espace a été modernisé. Pour le capitaine du Libellule, Christophe Onillon, qui s’adapte à ces nouveaux changements, cette transition n’est pas exempte d’un certain stress : « Chaque nouveauté engendre son lot d’appréhension. Nous sommes désormais plus attentifs à la surveillance de nos batteries électriques. Cependant, ce léger stress est salutaire dans le processus d’adaptation. »

Mais qu’en est-il de l’autonomie ? Avec ses impressionnantes dimensions – 60 mètres de long, 12 mètres de large et un poids de 400 tonnes -, le Libellule peut accueillir jusqu’à 250 passagers à la fois. Les travaux de modernisation, amorcés en 2022 pour un coût de trois millions d’euros, ont principalement affecté la cale, où d’importantes batteries ont été installées pour alimenter les moteurs électriques.

« Voici les parcs de batteries du bateau. Nous disposons de 370 kilowatts de charge sur le côté bâbord, de même que sur le côté tribord. Chaque coque du bateau bénéficie de sa propre autonomie. Après une excursion de deux heures, nous retournons au port avec encore 50 % de charge, malgré la consommation du bateau incluant la cuisine, la climatisation, et les services annexes », détaille Lionel Aubert. Le bateau est rechargé entre chaque sortie, assurant ainsi sa disponibilité permanente.

Au total, quatre moteurs électriques ont remplacé les anciens moteurs thermiques, offrant ainsi des performances améliorées et une réduction significative des émissions de CO2. Avant cette transformation majeure, le navire émettait près de 2 500 tonnes équivalent CO2 chaque année. « En tant qu’Annécien, je suis convaincu que cette transition est bénéfique pour notre lac », conclut Lionel Aubert avec un sourire satisfait.

Le Libellule n’est pas le seul à entamer cette transition écologique : les cinq bateaux touristiques opérant sur le lac d’Annecy seront tous convertis à l’électrique d’ici la fin de l’année, dans le but de réduire l’empreinte carbone à seulement 30 tonnes d’émissions de CO2 par an, soit une réduction de 60 fois par rapport aux niveaux antérieurs.